Considérée comme une ville intelligente, Masdar est un projet ambitieux de la famille régnante d’Abou Dhabi. L’enjeu écologique est de taille, puisque la cité est conçue pour ne produire ni du carbone ni de déchets. La consommation d’énergie et d’eau utilisée dans les immeubles peut être réduite jusqu’à 40 %. Le projet envisage en effet d’exploiter les énergies renouvelables pour faire fonctionner la ville. La smart ville sera divisée en plusieurs entités ayant pour mission d’optimiser la production d’électricité et la réduction d’émission de CO2. Des innovations technologiques sont régulièrement faites auprès de l’Institut Masdar. Les chercheurs ont pour objectif de pouvoir produire plus d’énergie par rapport au besoin quotidien des 40000 habitants qui vont y vivre. Cette expérimentation exige également l’utilisation de moyen de transport écologique. Les voitures fonctionnant à l’énergie fossile sont interdites et sont garées à l’extérieur de la cité.

 

Une histoire hors du commun

 

Le sultan Ahmed Al Jaber est l’initiateur de ce projet en 2006. Cette ville intelligente se veut être un modèle sur l’optimisation des énergies renouvelables. Cela représente un tournant décisif par rapport à l’enjeu écologique auquel la planète fait face. L’aboutissement de ce projet contribuera à la préservation de l’environnement. Il ne faut pas oublier qu’il est tout aussi important de trouver une alternative à l’énergie fossilisée pour la génération future. Abou Dhabi est pourtant un riche pays des Émirats Arabes Unis, produisant des tonnes de barils de pétrole chaque année. Le sultan fait appel au service du cabinet britannique Foster and Partners pour dessiner les plans de la smart ville. Les travaux d’aménagement sont confiés à l’agence allemande spécialisée en architecture LAVA en 2009. La ville intelligente sort finalement de terre en 2014, et le sultan Ahmed Al Jaber est désigné en tant que président, remplacé par Mohammed Jameel en 2016. Des start-ups et des multinationales commencent à s’installer dans la ville, qui peut accueillir jusqu’à 40000 habitants. D’autres aménagements sont faits dans la cité pour renforcer les atouts et les avantages auprès des investisseurs. Les infrastructures peuvent en effet loger un grand nombre de salariés.

 

La technologie au service du développement durable

 

La technologie est le garant du succès de cette ville intelligente, expliquant en grande partie le budget alloué qui s’élève à plus de 13 milliards d’euros. Les spécialistes en bâtiment ont ainsi orienté leur recherche sur l’architecture bioclimatique avec une partie construite en souterrain. La température est fraîche à l’intérieur de la ville grâce à l’orientation des ruelles étroites dans le sens du vent. Chaque façade des bâtiments ne laisse pas passer la chaleur, mais uniquement la lumière. Un institut est aussi implanté dans l’enceinte même de la ville qui travaille en étroite collaboration avec le Massachusetts Institute of Technology ou MIT. Il peut accueillir jusqu’à 800 étudiants pouvant y obtenir leur Master et leur Doctorat. Les programmes de recherche sont orientés sur l’eau et l’environnement. Aussi, le système de gestion de l’écologie et du changement de climat demeure un thème indispensable au bon fonctionnement de la smart ville. Les étudiants peuvent aussi contribuer aux recherches sur les énergies du futur comme l’optimisation de leur utilisation et le moyen de les stocker. L’Institut propose entre autres des programmes sur les matériaux avancés et les microsystèmes.

 

Les différentes répartitions de la ville

 

La smart ville est divisée en plusieurs quartiers pour garantir son autosuffisance. Le Masdar Power est une société de construction spécialisée dans l’exploitation de l’énergie renouvelable. Elle se charge de l’installation et de l’utilisation des différents équipements : panneaux solaires par concentration thermique, panneaux photovoltaïques, éolienne marine et terrestre. Au fil des années, l’entreprise a l’ambition de s’investir dans toute la région du Golfe, mais également sur plan international. Pour ce qui est du Masdar Carbon, cette entité travaille sur des projets visant à réduire considérablement les émissions de CO2. Cet objectif peut être atteint grâce à l’optimisation de l’efficacité énergétique. Les projets concernent entre autres les procédés de séquestration et de capture du carbone. Il y a également le Masdar Capital qui a pour mission de rassembler des fonds pour la mise en place ou l’entretien des technologies énergétiques et prometteuses. Cela s’applique autant sur leur production, leur stockage, la gestion des déchets et des eaux, les services associés à l’environnement. À noter que le projet intéresse de plus en plus d’investisseurs qui ont décidé de s’implanter à Masdar tel que Crédit Suisse, Japan Oil Development Co, Deutsche Bank ou encore Siemens.

Partages 0